Portrait ...... Ximena

Publié le par charles

Ximena, de son nom complet Ximena Rojas Landivar (à l'espagnole, avec les noms de famille des deux parents), est la directrice de Plataforma Unidos, l'association s'occupant des enfants des rues dans laquelle je travaille à Santa Cruz.

 

083

 

Ximena fait partie de la classe haute de la société Bolivienne. Sa famille, aisée, lui donna l'opportunité de faire des études d'administration d'entreprise. Elle a travaillé durant de nombreuses années, en qualité d'analyste crédits dans une concession automobile, segment luxe, proposant les marques Mercedes, Dodge ou Mitsubichi.

 

Elle a arrêté cette carrière en 2003, suite à la décision qu'elle a prise de s'occuper davantage des autres et de prendre ses distances avec un poste à vocation mercantile. Elle a ainsi été volontaire quelques temps dans des organisations locales, avant de rejoindre en 2006 Alalay, une des associations aujourd'hui intégrée dans la Plataforma Unidos. Elle en fut la directrice, avant de reprendre en 2009 la direction de la Plataforma donc.

C'est une femme d'une quarantaine d'années, célibataire et vivant seule, ce qui est est rare en Bolivie.

 

Elle est dotée de grandes qualités humaines. Empathique et dévouée, je vois et ressens chez elle un profond amour des enfants, notamment lorsqu'elle échange avec ceux du Patio Don Bosco, situé au même endroit que son bureau.

Dans le travail, elle fourmille d'idées, qu'elle a du mal à mettre en œuvre car elle est assez désorganisée, pour ne pas être plus cru. Je vois bien également qu'au niveau des projets, elle manque de sens des réalités économiques, sur des aspects qui me paraissent à moi évidents. Mais son énergie et son engagement sont ses meilleurs atouts pour fédérer les directeurs des autres associations, et pour collaborer avec les différents pouvoirs publics parties prenantes de la problématique sociale des enfants des rues.

 

Elle m'a très bien accueilli et n'hésite pas à m'aider dans le cadre de toutes mes démarches d'investigation. Son aide m'est précieuse, et nous passons du temps à discuter, de travail et d'autres choses. Elle a d'ailleurs beaucoup d'humour, et sa vie en-dehors de la Plataforma, même si elle est réduite car elle travaille beaucoup, est assez « branchée ». Son sens de l'orientation laisse cependant à désirer car elle s'est perdue une fois en me rejoignant dans le centre-ville.

 

C'est en travaillant avec elle que s'est renforcée en moi l'idée de supporter et d'aider la Plataforma Unidos, aujourd'hui et demain, à travers l'envoi de volontaires notamment.

 

Ximena, une femme dévouée à une belle cause.

 

Publié dans Portraits

Commenter cet article