Portrait ....... Pabrita

Publié le par charles

Pabrita a 21 ans et travaille comme réceptionniste dans l’hôtel qui fut mon camp de base pour deux semaines lors de ma mission exploratoire auprès de Junior Achievement Nepal, à Katmandou.

 

Née d’un père Indien et d’une mère Népalaise, elle est originaire du Sud-est du Népal, à la frontière avec l’Inde. Ses parents sont morts quand elle était jeune, et je n’osai pas lui en demander davantage sur le sujet, me heurtant à un mur de pudeur bien compréhensible au regard d’un évènement tragique. Ont-ils été des dommages collatéraux de la guerre civile Népalaise ?

Elle a par conséquent vécu dans le foyer de sa tante, la sœur de sa mère, depuis qu’elle est toute petite.

 

2011121606-Katmandou-Hotel-Pabrati.JPG

 

Toute la famille reconstituée est venue à Katmandou en 2008, où ils vivent aux alentours du quartier de  Patan, afin de permettre à Pabrita et à ses deux frère et sœur de poursuivre des études de qualité. Elle vient de finir ses trois années de bachelor et attend ses résultats, ce qui peut prendre des mois suite aux derniers examens.

Pabrita est une jeune femme énergique et volontaire. Elle travaille huit heures par jour, six jours par semaines à l’hôtel Holy Himalaya. Elle est particulièrement efficace, discrète, et serviable, et sa maturité m’étonne chaque jour.

 

On peut ressentir également chez elle une sorte d’ « occidentalisation » que j’ai du mal à définir précisément, en ce sens qu’elle a gommé des aspects de la nature Népalaise au contact de la clientèle de touristes. Ces aspects si surprenants pour nous que peuvent être le laxisme, le manque de fiabilité ou de clarté, en gros le flou total qui entoure toute action entreprise par de nombreux Népalais que j’ai croisés.

 Elle me confie apprécier le travail en hôtel et la multiplication des contacts qu’il implique. En revanche elle ne se voit pas ailleurs qu’à la réception, semblant gênée quand je lui évoque un avenir plus haut placé dans une hiérarchie.

Elle parle un excellent anglais et rêve de travailler à l’étranger, et notamment  en Grande-Bretagne ou plus curieusement à Singapour.

 

Mes discussions avec Pabrita auront toujours été fort agréables, notamment quand elle me revoyait revenir penaud suite aux différentes péripéties que je rencontrais lors de mon enquête sur JAN.

Je me dis qu’avec des jeunes de cette qualité et dotés de la même volonté, le Népal sortira un jour de l’état de pauvreté dans lequel il est plongé.

Publié dans Portraits

Commenter cet article