ISKCON

Publié le par charles

 

L'association internationale pour la conscience de Krishna (International Society for Krishna Consciousness), est couramment appelée par son acronyme anglais ISKCON (et dont les membres sont communément appelés «Hare Krishna» à cause du mantra chanté par ses adeptes). Il s’agit d’un courant de l'Hindouisme qui s'inscrit dans le mouvement de la bhakti, dédié au seigneur Krishna, considéré par le fondateur et les adeptes comme Dieu, la Personne Suprême.

20120127-ISKCON-copie-1.jpg

Aujourd'hui, ISKCON est une confédération planétaire de plus de 400 centres, incluant 60 communautés agricoles, 50 écoles (dont une « École libre » à Londres financée par l’Éducation nationale anglaise, le « Department of Education » depuis septembre 2011) et 90 restaurants. L’organisation a connu un fort succès ces dernières décennies en Europe de l’est, depuis la disparition de l’Union Soviétique, et en Inde.


20120116 ISKCON

Historique :

Ce mouvement fut fondé en 1966 à New York par Bhaktivedanta Swami Prabhupada (1896-1977), maître spirituel hindou originaire du Bengale occidental. Il s'est développé en Occident à partir des États-Unis en même temps qu'émergeait le mouvement de la contreculture dont certains membres ont trouvé dans la pratiques des chants, des percussions, de la musique et de la danse un dérivatif au modèle religieux conventionnel.

L'association a son siège principal enInde, à Vrindavan, dans l'etat d'Uttar Pradesh  . Sri Mayapur, dans le Bengale occidental, oùje vis dans le cadre de ma mission humanitaire àl'école, abrite un grand centre.

Plus de 150 temples consacrés à Krishna dépendent d'ISKCON à travers le monde, et le nombre de ses adeptes est difficile à établir. Une évaluation basse le fixe à près de 15000 personnes, toutefois ce nombre est estimé par d'autres organismes à un total de fidèles entre 100 000 et 250 000.

L'ex-Beatles George Harrison contribua au développement du groupe religieux en Grande-Bretagneet dans le monde occidental, notamment avec de nombreuses chansons et productions (liste sur demande). De plus, George Harrisson offrit un temple à ISKCON près de Londres.

 

Quand Srila Prabhupada a créé ISKCON en 1966, il lui a donné sept buts :20120117 ISKCON

  1. Systématiquement propager la connaissance spirituelle à la société en général, et instruire tous les gens dans les techniques de vie spirituelle pour combattre le déséquilibre de valeurs dans la vie et réaliser l'unité réelle et la paix dans le monde.

  2. Propager une conscience du Seigneur Krishna, comme révélé dans les livres sacres Hindous. 

  3. Rassembler les membres de la Société autour du Dieu des dieux, Krishna, l'entité principale, ainsi que développer l'idée, pour les membres et l'humanité en général, que chaque âme fait partie intégrante de la qualité de Divinité (Krishna).

  4. Enseigner et encourager le mouvement sankirtana, le chant de congrégation des noms saints de Dieu comme révélé dans les enseignements du Seigneur Sri Chaitanya Mahaprabhu (celui sur lequel on m’a offert un livre).

  5. Ériger pour les membres et pour la société en général, un endroit sacré pour les dévotions (bhakti), consacrées à la personnalité de Krishna. D'où les temples.

  6. Rapprocher ensemble les membres dans le but d'apprendre un mode de vie plus simple, autonome et plus naturel (comme suivant cette parole du Mahatma Gandhi : « vivre simplement, pour que tous, puissent simplement vivre »).

  7. En vue de la réalisation de ces six premiers buts, publier et distribuer des magazines, livres et autres écritures.

Les quatre principes régulateurs :

 

Ce sont les principes que respectent strictement tous ceux qui pratiquent le bhakti-yoga du gaudiya vaishnava (dit comme ça c’est effrayant) :

a) Ne consommer aucune viande (de mammifères, d'oiseaux, de reptiles, de poissons, d'insectes, etc.), ni œuf (et leurs sous-produits) : c’est-à-dire pratiquer le « végétarisme indien ». Pauvres de nous.

b) N'avoir aucun rapport sexuel illicite (en dehors du mariage, ou pour le seul plaisir au cours du mariage). Ca c’est normal.

c) Ne faire usage d'aucune substance enivrante ou excitante (incluant drogue, alcool, et même café ou thé). C’est là que j’ai décidé de ne pas devenir un dévot.

d) Ne s'adonner ni aux jeux de hasard, ni à quelque spéculation que ce soit (monétaire par exemple).

20120126 ISKCON
Les quatre principes régulateurs d'ISKCON sont fondamentaux pour ses membres, mais aussi partagés par d'autres branches de l'hindouisme, no
tamment vishnouites   ou des personnalités sans affiliation particulière comme le Mahatma Gandhi (qui avait pour mantra « Râma, Râma, Râma, Râma, Râma » etc., récité indéfiniment), lecteur de la Bhagavad Gita, œuvre sacrée pour tout hindou qui promeut ces principes de vie.

 

La raison du végétarisme est que la consommation de chairs est un manquement à l'ahimsâ (devoir de « non-violence »), mais aussi parce que la zoophagie aurait la particularité d'attacher au cycle des réincarnations (samsara) et serait la source de la violence ultime (qu'est l'acte de tuer) à l'égard des animaux. Il n'en est pas de même avec les végétaux, dépourvus de système nerveux (ah bon ?). Et enfin, parce que tuer pour le plaisir est considéré comme un péché infiniment grave pour Krishna.

Le refus des « intoxicants » (drogues, alcool, cigarettes, etc.) est lié à la capacité de renoncement du bhakta, qui ne veut pas devenir dépendant à des futilités et à sa volonté d'avoir un corps le plus sain possible, ainsi qu'un esprit pacifié et maître de lui, pour mieux servir Krishna (les krishnaïtes d'ISKCON préfèrent en plus éviter le café et le thé, ne reculons devant rien). 20120149 ISKCON

L'argent doit en effet être créé à partir du fruit du travail, pour avoir une quelconque valeur d'utilité publique, et non servir d'asservissement à des principes liés à des désirs d'enrichissements sur l'appauvrissement d'autrui.

Cette attitude a été encouragée aussi (de même que le végétarisme, le refus des intoxicants et la probité sexuelle comme précisé plus haut) par le même Gandhi, dans sa critique des lois économiques et des gouvernements temporels. Gandhi, dont le fondateur d'ISKCON, Bhaktivedanta Swami Prabhupada, fut un disciple actif durant sa jeunesse étudiante !


Œuvres humanitaires :

En 1971, Srila Prabhupada fonda l’association de bienfaisance «Hare Krishna Food For Life» nommée en France «Les repas Hare Krishna». Il s’agit d’une distribution gratuite de nourriture végétariennesanctifiée. Dans les pays du tiers-monde et, de plus en plus, dans les pays industrialisés, la distribution à grande échelle de repas gratuits est l’une des principales activités humanitaires de l’ISKCON. À ce jour, plus de 58 millions de repas ont été servis à travers le monde.

20120148 ISKCON

Présence en France :

La c’est une vraie surprise pour moi puisque je n’en avais jamais entendu parler mais enFrance, ISKCON est présent dans l'Indre, àLuçay-le-Mâle (au domaine «La nouvelle Mayapur», qui occupe le château d'Oublaisse), en région parisienne (à Sarcelles) et aussi, ponctuellement, dans le Jura, près de Dole.

Il y a aussi de petits groupes de fidèles répartis un peu partout en France. Le Mouvement, qui continue son développement sur les cinq continents, semble avoir retrouvé de nouvelles bases en France. Chaque année, en principe le premier ou deuxième week-end de juillet, se tient à Paris le Ratha Yatra, rassemblement qui réunit quelques centaines de participants, de la Place Stalingrad aux Halles en passant par le quartier Tamoul (la Chapelle). Chaque année, un dimanche d'août, se tient au château d'Oublaisse, la journée de l'Inde dans l'Indre.

À Paris, une association (le Centre Culturel Bhaktivedanta) est constituée, disposant d'un local dans le quartier latin, où concerts et conférences sont organisés, animés par des dévots, les visiteurs pouvant ainsi s'immerger dans la culture védique.



Controverse :

 

En 1995, le mouvement est classé comme secte par la commission d'enquête française sur les sectes, estimant qu'il avait «réalisé de substantiels bénéfices commerciaux par le biais d'associations à but soi-disant désintéressé», que des témoignages avaient été recueillis au sujet d'astreintes à un effort physique important pouvant «réduire l'esprit critique». La rapport fait aussi état (au conditionnel) d'«embrigadement des enfants», de «discours antisocial», de «trouble à l'ordre public»...

En 2006, au cours des auditions de la commission d'enquête parlementaire installée en juin et ayant rendu son rapport en décembre, le directeur général de la Police nationale indique que «D'après les études sur Krishna, l'Église de Scientologie ou les raéliens, les enfants concernés sont, la plupart du temps, ceux dont les parents sont eux-mêmes adeptes de sectes», et qu'il ne croit pas qu'il « existe de recrutement direct d'enfants, sinon de façon extrêmement limitée». Par ailleurs, début 2008, le responsable de la Miviludes, a mentionné dans une interview sur la politique et l'action de la Miviludes qu'il estimait que des «mouvements, un temps mis en cause, "étaient rentrés dans les clous", citant ISKCON.

En 2005, les dirigeants ont entamé l'exécution des termes du compromis de 9,5 millions de dollars qui achève le long scandale des viols d'enfants. D'après le plan, la Société Internationale pour la Conscience d'Hare Krishna a demandé sa mise en faillite à Los Angeles, pendant qu'elle détermine comment compenser les 535 anciens élèves qui ont dit être violés durant les années 70 et 80 par des adultes sévissant dans des écoles d'ISKCON. Ce compromis met un terme aux abus commis dans les temples et écoles d'ISKCON aux États-Unis et en Inde, viols ayant déclenché une class action en 2001. Pour combattre au mieux de telles atrocités, ISKCON a créé un bureau de la protection de l'enfance à échelle mondiale.

Cependant, le qualificatif de secte reste contesté par de nombreux observateurs.

20120130 ISKCON

De mon point de vue, après avoir vécu depuis 5 semaines auprès du centre ISKCON, sans prendre part cependant aux différentes activités, m’être renseigné autant que possible en discutant avec des Indiens adeptes ou non, il est difficile de se faire une opinion véritable. Ils semblent assez «fanatisés», mais leur mouvement suit des valeurs saines, qui sont àmon sens respectables. Le folklore des vêtements, coupes de cheveux, mantras apporte une dimension très ostentatoire certes, mais une atmosphère de paix est prônée et suivie par les fidèles. Et leur image en Inde semble globalement bonne. Concernant l’affaire des viols, tout comme pour l'Église, je ne pense pas qu’on puisse généraliser.

Quoi qu’il en soit, la frontière entre une secte et une organisation religieuse est souvent assez mince, et peu évidente àjuger. D’oùl’importance des rapports d’enquête gouvernementaux, mais ceux-ci ne sont pas forcément d’accords quant au statut d’ISKCON. Le débat n’est pas tranché.

Cela aura donc été pour moi un étonnement fort de découvrir cette organisation car je ne m’y attendais pas du tout. Au final, j’ai taché tant bien que mal d’en prendre mon parti, et d’en profiter pour comprendre. Le qualificatif de «mabouls» peut sembler sévère àcertains mais c’est une façon de tourner en dérision et de garder un maximum de recul sur les choses. Moi qui prône la différence, on peut dire que j’ai été servi àSri Mayapur !

Publié dans Religion

Commenter cet article

marie-carole de La Chapelle 23/02/2012 13:52

pas sûre de vouloir adhérer ! mais merci pour toutes ces informations sur ce qui m'était totalement inconnu bisous

MC

Didier ancelin 18/02/2012 19:48

Que d'infos sur ISKON ! Comment as tu trouvē tout cela alors que tu ne savais pas qu'ils seraient dans la ville de ta mission ? Je me rēpėte mais je trouve tout cela trés intēressant et trés bien
ēcrit et pertinent que tu donnes ton avis